Bricolage Malin

La construction d’une nouvelle maison ou la rénovation d’une habitation est une entreprise couteuse pour un propriétaire. En effet, entre les travaux de terrassement et la pose de parquet, beaucoup d’euros doivent être dépensés. Pour cette dernière tâche, il existe toutefois des moyens de faire un maximum d’économie.

Poser son parquet

La pose des parquets doit être faite en dernier après que le revêtement en béton soit bien sec. A cet effet, cette opération peut être programmée entre 1 et 3 mois selon l’épaisseur de la couche de béton. Avant d’installer le plancher, il est essentiel de mettre toutes ses parties boisées dans la salle où ils doivent être placés. Effectivement, cela permet aux différents éléments de s’acclimater à la température ambiante et à l’humidité. Cette étape qui parait futile, évite d’éventuelles dilatations qui pourraient les empêcher de s’emboiter. Une fois qu’une durée d’acclimatation d’une semaine est respectée, les travaux peuvent commencer. Il s’agira alors de disposer le parquet, plancher par plancher, sur les sols intérieurs. Selon le type de pose, cette tâche peut nécessiter l’usage de colle ou de matériel spécifique.

Parquet Flottant

Faire des économies

Le prix de pose de parquet est exprimé en euro par m2 qui varie selon la variété de planchers et la technique à utiliser. Pour ce faire, la plupart des propriétaires passent par des entreprises spécialisées. À cette occasion, ils demandent un devis pour estimer les charges. Il est donc crucial de comparer de nombreux devis pour faire jouer la concurrence. Afin d’aider les personnes dans cette tâche, il existe désormais des comparateurs de devis en ligne. Ces derniers permettent de comparer des devis de plusieurs sociétés œuvrant dans le bâtiment en un clic. En outre, leur utilisation est totalement gratuite et sans obligation de souscription. Ainsi, tout le monde peut les utiliser pour négocier un prix ou pour trouver directement les offres les plus intéressantes.

Les toits sont les premiers éléments protecteurs d’une maison qui sont sujets à de nombreuses menaces, notamment les mousses, les algues et les lichens : une opération de démoussage régulière s’avère donc nécessaire pour empêcher leur dégradation.

Les solutions anti-mousses évitent la réapparition de ces menaces. On peut les utiliser sur les tuiles, l’ardoise, le ciment, la lauze et le shingle.

Si la maison est basse et possède une pente faible, on peut nettoyer la toiture soi-même. Dans le cas contraire, il faut recourir à un professionnel.

Le matériel de travail

La toiture doit être nettoyée régulièrement afin éviter de faire face à de nombreuses difficultés.

Les outils nécessaires sont les suivants :

  • Lunettes, gants et masques : Ces équipements servent à se protéger des intoxications ou allergies provoquées par les produits utilisés
  • Harnais : ce dispositif permet de prévenir d’éventuelles chutes
  • Echelle de toit : cet élément léger et résistant est utilisé généralement lorsque le toit est en ardoise. Elle peut être en bois ou en aluminium
  • Brosses : Les modèles aux dents solides sont conseillés, car ils permettent de détruire les taches les plus solides
  • Seau: Il permet de transporter l’eau de rinçage
  • Pulvérisateur : cet outil sert à asperger les toitures avec les produits de nettoyage
  • Nettoyeur haute pression : il sert à enlever rapidement les produits chimiques utilisés Les étapes du nettoyage
  • Un bidon d’anti-mousse prêt à l’emploi (vous pouvez également trouver des bidons de concentré à diluer vous-même si vous avez une grande surface à traiter). Personnellement j’utilise du Fongistop, les résultats sont visibles dès la 1ère journée !

Le processus à suivre est le suivant :

  • Nettoyer les gouttières
  • Frotter longuement les traces noires et les mousses avec une brosse et de l’eau
  • Effectuer un rinçage avec un karcher à faible pression
  • Asperger les solutions chimiques en partant du haut vers le bas

Coût de l’opération

Lorsqu’on sollicite les services d’un spécialiste, le prix du nettoyage est d’environ 5 € le m2, auquel s’ajoute une TVA de 5,5 %. Pour une action personnelle, il faut prévoir vingt litres de produit pour 100 m2 et s’assurer qu’ils sont faiblement concentrés.

Je vous souhaite une très bonne année 2016 ! Mes voeux vous accompagnent ainsi que mes encouragements pour tous vos travaux à venir 😉

Bonne annee

Bonne annee

Selon Gaston Bachelard, la maison représente l’être intérieur. Le choix de notre lieu d’habitation n’est jamais anodin. Dans ce choix, notre inconscient a retenu quelque chose qui nous ressemble. Symbole du ventre de la mère, notre maison est notre refuge, nous apportant protection et ressourcement. Une luminosité adaptée dans la maison renforcera ce sentiment de sécurité physique et de sécurité de l’âme.

Afin de concevoir un éclairage efficace et performant, il est important d’utiliser les sources adaptées.

maison

Une maison plaisante et invitante avec les suspensions

Les lampes suspendues sont, comme leur nom l’indique, accrochées en hauteur, de manière générale au plafond. Elles sont retenues par une corde, une chaîne ou encore un câble. Leurs formes sont très variées : cylindrique, sous forme de cloche, de boule ou même de goutte d’eau. De style épuré, sophistiqué, campagne chic, rustique ou extravagante, il existe forcément une suspension reflétant votre personnalité.
Les lampes suspendues, contrairement aux luminaires portatifs ou encastrés, apportent un éclairage fonctionnel et de confort. La lumière diffusée est agréable, unie et régulière.

Elles conviennent tous particulièrement pour les salles à mangers, les cuisines, les entrées voir les chambres. Placée au dessus de la table, la lampe suspendue crée une cabane virtuelle, invitant les membres de la famille à partager un bon repas et éveillant des discutions délicieuses. Dans la cuisine, vous retrouverez le goût de cuisiner grâces aux suspensions positionnées au dessus des plans de travail et des îlots. Dotez votre chambre d’une boule marocaine et plongez-vous dans des rêves d’orient. Enfin, offrez à votre entrée, un sublime lustre et révélez votre personnalité dés les premiers pas.

Aujourd’hui, il est assez facile d’installer une suspension, cela ne demande plus de connaissances évoluées en électricité. La plupart des lampes suspendues peuvent se clipper, tout simplement, à l’emplacement prévu.
Alors laissez parler votre être intérieur et développé votre havre de paix grâce aux lampes suspendues.

spot2

Il peut arriver qu’un mur de votre maison soit particulièrement abîmé, et parsemé d’irrégularités qui empêche la pose d’un papier peint ou d’une toile de verre, et que la peinture même ne saurait corriger (trop de trous, etc.)

Dans ce cas, le lambri PVC peut s’avérer être une solution pratique et rapide à mettre en place. Assurez-vous, comme pour la pose de n’importe quel lambris, que votre mur soit sain avant de le recouvrir ; si des traces d’humidité apparaissent, vous risquez de cacher la misère de le laisser pourrir derrière.

Un exemple de lambris gris en PVC posé

Un exemple de lambris gris en PVC posé

Les avantages du lambris PVC :

  • Son coût, relativement faible par rapport aux autres matériaux
  • Sa facilité d’utilisation : les découpes peuvent se faire au cutter, et la pose se fait au pistolet à colle et au pistolet à agrafes
  • Sa rapidité d’exécution : grâce aux profils de finition, vous aurez un rendu propre et droit sans être un as de la découpe.

Voici ma technique pour poser votre lambris PVC « les doigts dans le nez » : 

  • Prenez vos mesures afin de découper les profils de finition aux cotes de votre mur
  • Fixez vos profils  à l’aide d’un pistolet à agrafes le long des « bords » de votre mur
  • Posez vos premières « planches » de lambris PVC de bas en haut, en encollant leur dos avec un produit du type « ni clou ni vis »
  • Faites vos mesures afin de découper la dernière planche de lambris qui se situera tout en haut
  • Utilisez le reste du dernier morceau de lambri pour repartir sur la prochaine colonne
  • Les lambris s’encastrent comme des rails, pas besoin d’y passer 3 heures !

Cette astuce est faisable si vous posez sur une petite surface avec peu d’irrégularités ; si votre mur est particulièrement abîmé, ou qu’il n’est pas droit, vous pouvez avant de poser vos lambris y fixer des tasseaux de bois que vous recouvrirez de votre lambris.

Parce qu’une vidéo est souvent plus parlante qu’un long texte, voici une démo vidéo très bien faite qui vous montrera en détail les différents manipulations à effectuer pour poser votre lambris PVC :

Où trouver du lambris PVC ?

Les magasins de bricolages « classiques », tels que Leroy Merlin ou Castorama proposent régulièrement des modèles qui se renouvellent au fil des ans. Vous pouvez voir quelques exemples sur cette page du site Leroy Merlin

Lorsque vous essayez de percer un matériau très dur (pierre, grès, béton…) il peut arriver que votre foret se coince dans votre surface, et que le mandrin tourne dans le vide autour du foret ; lorsque ça arrive, essayez d’abord de resserrer davantage votre foret pour vous assurer que le problème ne vient pas d’un mauvais vissage du mandrin. Si en recommençant l’opération, le foret se bloque à nouveau, arrêtez tout, sans quoi vous abimeriez la queue de votre mèche : il faut passer au mode percussion.

Pourquoi utiliser le mode « percussion » d’une perceuse ?

Avec le mode percussion, votre perceuse ne vas pas se contenter de tourner, mais elle va effectuer de légères vibrations avec le foret. Il faut l’utiliser à vitesse plus lente que d’habitude, pas besoin d’aller trop vite ; en revanche, tenez bien fermement votre perceuse sans quoi vous risquez de créer un trou plus large que prévu !

Attention lorsque vous activez ce mode, le bruit effectué par les percussion est très fort, il vaut mieux vous équiper d’un casque pour vous protéger du bruit assourdissant que votre perceuse provoquera.

Comment utiliser la percussion au mieux ?

mode-percussionCommencez, si possible, par faire une petite pointe avec un clou, afin de pouvoir y caler votre foret plus « confortablement ». Mettez votre perceuse en mode « percussion » (souvent représenté par un petit marteau), tenez la fermement, puis activez-la pour percer. Allez-y doucement comme dit précédemment, et votre trou devrait se faire sans problème. Si vous n’y arrivez toujours pas, il faudra peut être envisager l’achat d’un perforateur.

Exemple d’utilisation de la perceuse à percussion en vidéo :

Si vous venez d’acheter, ou de vous faire offrir une belle perceuse, vous n’avez peut-être pas toutes les infos sur les mèches à utiliser selon le type de travaux que vous voulez engager.

Nous allons faire un point rapide et synthétique pour que puissiez y voir plus clair lorsque vous vous rendrez dans votre magasin de bricolage habituel !

Petite précision, dans cet article, je parle de mèche, ou de foret, c’est la même chose ! (Notez l’orthographe du mot foret, à ne pas confondre avec la forêt, lorsque vous ferez des recherches sur Google ça vous simplifiera la tache !)

Les mèches à bois

Généralement pourvu de couteaux de pré-découpes pour percer le bois proprement, c’est le foret plus simple à identifier grâce à sa pointe centrale permettant de gagner grandement en précision et en stabilité.

meche-a-bois

meche-bois

Les mèches à métaux

Ce type de foret est adapté à tous les métaux, type cuivre, fer, laiton, aluminium, zinc, etc. Facilement reconnaissables car ils n’ont pas de forme particulière contrairement aux forets à béton ou à bois

meche-metaux

Les forets à béton

Ce type de mèche est utilisé pour percer du béton, ou n’importe quel matériau dur (brique, pierre, etc.). On les reconnait grâce à leur tête renforcée pour faciliter la perforation des surfaces solides.

On utilise en général ces forets avec des perceuses à percussion pour les matériaux les plus résistants. Il est également possible de les utiliser en mode rotatif sans percussion sur des matériaux plus poreux (plâtre, brique, etc.)

meche-beton

Les forets diamantés

Ces forets ont reçu un traitement particulier à base de micro morceaux de diamant dans le métal qui les constituent, pour augmenter leur adhérence et leur résistance. On les utilise sur les matériaux les plus durs, tels que la céramique. Ne vous attendez pas à faire des centaines de trous avec ce type de foret, qui s’use très vite. Pensez à bien refroidir votre surface et à percer lentement si vous voulez les préserver le plus possible, mais vous irez rarement au dessus de 5 trous.

foret-diamant-15mm

Source de l’image : Diamant Ceram

 

 

 

 

Si vous souhaitez travailler du bois, des métaux, ou découper des tuyaux, vous n’utiliserez pas la même scie. Il existe une large gamme de scies, mais généralement il faut au moins posséder celles-ci :

Une scie « Egoïne » : indispensable pour découper du bois, des planches de parquet, ou même couper des branches d’arbre. On reconnait la scie égoïne grâce à ses dents particulièrement longues et en forme de triangle.

scie-egoineUne scie « à métaux » : la scie à métaux a une forme particulière, et une « dentition » assez fine mais très solide. Vous les reconnaitrez aisément dans les rayons des magasins de bricolage : leur lame est accrochée aux 2 extrémités du manche afin que la lame soit suffisamment tendue et ne dévie pas pendant la coupe. Prenez-en 2, car elles s’usent généralement très vite !

scie-metaux

Une scie à dos avec une boîte à onglet : cette scie, qui est courte et possède une denture fine, est rigidifiée grâce à son renfort métallique dorsal. La boîte à onglet permet de faire des coupes « dirigées », à 45° ou 90° (cf vidéo ci-après)

scie-boite-onglet

On parle surtout d’outils utiles sur ce blog, mais à mon sens le plus indispensable quand on se lance dans des travaux – surtout quand on débute – c’est d’acheter des protections ou des vêtements adaptés pour éviter les blessures bêtes !

Une paire de gants

Je travaille rarement sans gants : pour certains travaux de précisions, ce n’est pas très pratique, voire même gênant, du coup il faut les retirer, mais généralement j’en porte toujours une paire. Pour les habitués, ça peut donner l’air bête de scier une planche avec une paire de gants, ou même juste pour monter une étagère, mais quand on est pas maçon ou menuisier de métier, on n’a pas forcément l’habitude et la dextérité d’une personne qui fait ça 8h par jour. Du coup, portez des gants adaptés (pas des moufles, on s’est compris) : vous en trouverez dans tous les magasins de bricolage.
Pour ce qui est du choix, il suffit de les essayer : le premier critère quand on n’est pas « pro », c’est le confort. Vérifiez que les zones les plus « exposées » sont bien protégées, et ça devrait faire l’affaire ! Pas besoin de taper dans du haut de gamme, car il y en a pour tous les prix, mais les plus chers sont souvent destinés à des professionnels qui ont besoin d’une protection solide et durable…
gants-bricolage

Pour ma part j’utilise tous les jours ces gants qu’on peut trouver à Leroy Merlin…

Des lunettes de protection

La zone la plus sensible du corps, et celle qui peut engendrer des blessures irréversibles avec 3 fois rien, ce sont les yeux. Protégez-vous dès lors que vous entrez dans un travail qui génère des éclats ! Evidemment, pas besoin de lunettes pour monter un meuble, on est d’accord, vous avez peu de risque de vous crever un oeil en tournant une vis…
Cela dit, pour tous les travaux réalisés avec des outils électriques, ça s’avère obligatoire dans la plupart des cas. Il existe différents types de lunettes de protection, je ferai un article à ce sujet un peu plus tard car certaines ne sont vraiment pas terribles !

Un pantalon de travail

Certains optent pour une combinaison de travail complète, un « bleu » de travail. Pour ma part j’ai simplement pris un pantalon de travail « Kapriol » et je ne regrette pas mon achat : confortable, sobre, fonctionnel et résistant, avec un renfort aux genoux, le top ! En plus, ça donne un look de travailleur, et même si on dit que l’habit ne fait pas le moine, ça aide à se « mettre au boulot » sans avoir peur de se salir : il est fait pour ça après tout !
Le pantalon Kapriol : léger et solide, confortable, quand vous le mettez difficile de s'en défaire !

Le pantalon Kapriol : léger et solide, confortable, quand vous le mettez difficile de s’en défaire !

Des chaussures de sécurité

Ce n’est pas indispensable pour faire des petits travaux à la maison, par contre on comprend vite leur utilité quand on se prend un paquet de carrelage sur les pieds (j’ai expérimenté, je peux vous dire que la vie est difficile avec des orteils écrasés). J’aurai donc tendance à les conseiller si vous vous lancer des travaux de longue haleine (du type « refaire sa salle de bain »).

Voici 3 idées toute simples qui vont grandement vous aider à « percer droit », si comme moi vous avez des problèmes avec votre perceuse !

  • perceuse-perpendiculaire-1Utiliser un angle droit  : Comme vous pouvez le voir sur la photo, il vous suffit d’utiliser un angle droit en bois (si possible assez épais pour qu’il vous guide suffisamment) et de positionner votre foret bien dans l’angle, en tenant fermement la pièce en bois
  • perceuse-avec-cdUtiliser un vieux CD : Vous avez numérisé votre musique, et vous ne savez plus quoi faire de vos vieilles « galettes » ? Utilisez-les pour faire des trous ! Ici l’astuce consiste à placer votre CD sur la surface à trouer (la partie imprimée du CD contre le mur), et de vous guider avec le reflet de votre foret sur l’envers du disque : s’il est bien droit, vous êtes bon !
  • Crédit photo : System D

    Source de la photo : System D

    Recycler un vieux niveau : Pour cette astuce que j’ai découvert dans le magazine Systeme D, il vous suffit de coller une bulle récupérée sur un vieux niveau sur la poignée de votre perceuse, de façon à ce qu’elle soit parallèle à votre mandrin. Faites en sorte que la bulle soit au milieu avant d’actionner la perceuse et vous aurez un beau trou bien droit à 90° !